Jusqu'à la Révolution, les droits sur la rivière appartenaient aux seigneurs possesseurs du cours d'eau. Depuis le moulin de Coude jusqu'à son embouchure dans la Marne, Le Grand Morin et sa partie navigable faisaient partie du domaine royal, le droit de pêche appartenait au roi sauf titres contraires. Les religieux détenaient également des droits sur la rivière. Au début du 20ème siècle, l'état a affermé le droit de pêche en plusieurs lots moyennant une redevance annuelle de 2045 francs de l'époque pour 16 km 600. Aux archives de Seine-et-Marne, une demande de construction d'un vivier à Crécy a été retrouvée. Faut-il en déduire que les eaux du Grand Morin étaient plus poissonneuses que de nos jours ? Les archéologues sous-marins font apparaître, progressivement, au fur et à mesure de l'avancée des fouilles une structure constituée de pieux de bois. Une datation au carbone 14 a indiqué que ces pieux datent du XVème siècle. Il semblerait que ces pieux correspondent à une pêcherie. A Coulommiers, la rue de la pêcherie garde encore le souvenir de cette activité
LES PECHERIES
Projet de construction d'un vivier à Crécy En Brie, du 10 janvier 1857. Document provenant des archives départementales de Seine et Marne.
Géographie Ecologie Ecrevisses Moules d'eau douce Archéologie Banalité Droit féodal Droit de l'eau Les gués et ponts Les pêcheries Les moulins Historique Etablissement Activités Modes de mouture Les tanneries Les lavoirs La navigation La pirogue Réglementations Nos liens En quelques images Bibliographie RapportsCentre de Recherche et d'Etudes sur le Grand-Morin
Le Grand-Morin Contacts Présentation AccueilCopyright@2009-2011 CREGM